À propos de « l’Economie libérée »

par  P. VILA
Publication : avril 1986
Mise en ligne : 23 juin 2009

Cette brochure de M.L. Duboin doit être
la base d’une réflexion approfondie sur ce que pourrait être
le fonctionnement de l’économie distributive et sur les modalités
de son installation.
Il est donc important que tous ceux qui l’ont lue fassent part aux lecteurs
de la Grande Relève des réflexions qu’elle leur a inspirées.
Nous publions ci-dessous une première réaction, à
chaud, de notre camarade Paul Vila.

Oui, la fonction économique la plus mal maîtrisée
est la distribution du crédit. Les tableaux capitalistes libéraux
sont inhumains et in-viables. Pour l’instauration d’un salaire minimum
social toute réforme réaliste doit cependant procéder
par espaces-groupes assez homogènes : c’est ainsi qu’on peut
penser, par exemple, qu’au départ l’Europe est un trop grand
espace ou que les taux acceptables en France seraient inapplicables
en Algérie,...

Quelques points importants à noter :
1 ° Le différentiel d’investissement, paramètre moteur
d’un secteur économique est une fonction non-linéaire
très sensible des variables du marché.
2° Au plan des travailleurs, le passage fluide de l’emploi-survie
idiot à un métier actif exigerait tout ce que la gauche
française promet plus une transparence des entreprises au chercheur
d’emploi moyen et un communication des informations de l’INSEE et des
banques d’investissement à tout individu les demandant : un vrai
CNRS de l’entreprise nouvelle et actuelle avec ses cours, ses revues
gratuites, etc... au lieu de pub bancaire. Cela irait de l’innovation
technique aux prévisions du marché mondial.
3° Toute description est forcément une image-temps avec des
barres d’erreur dès qu’on projette
en prévision, à cause des choix de consommation imparfaitement
prévus et des nouvelles « relèves » du système
par l’innovation scientifique et technique.
4 ° Il reste à faire un choix politique sur le contrôle
des entreprises : si on fait sauter le monopole des banques sur le crédit,
il semble qu’il faille en même temps prévoir une « justice
industrielle » vigilante qui puisse réduire l’abus de pouvoir
que constituerait le capitalisme technique libéré du contrôle
bancaire. C’est qu’en effet la liberté totale peut devenir la
tyrannie absolue aux mains de quelques mégalo-terroristes industriels.
Là encore, la transparence des « groupes » à
tout le monde reste à trouver.
5 ° En dehors de ces déréglements, la voie investissante
régulière demande à être décrite dans
la perspective d’une économie libérée, en même
temps qu’une stratégie d’éducation libératrice
qui dégagerait les individus vraiment aptes aux « affaires
 ».
Les fonctions 2, 3 et 4 devraient permettre de fournir des modèles
d’entreprise très souples à tout citoyen.
6° De toutes façons, le démarrage du nouveau système
comporte une telle charge psychologique qu’il faudrait déjà
avoir des exemples de ces fonctions 2, 3 et 4 toutes résolues.
QUI LE FAIT ?


Navigation