Comment faire évoluer les mentalités ?

par  D. LANDES
Publication : janvier 1980
Mise en ligne : 17 septembre 2008

J’AI été amené à écrire
« La Société Amicaliste » pour répondre
à cette question : « Les hommes étant sensibles
aux inconvénients de la société où ils vivent,
pourquoi n’en changent-ils pas ? ». Je crois avoir trouvé
quelques réponses, mais, ultérieurement, mis en contact
avec le groupe de l’ECONOMIE DISTRIBUTIVE, que je ne connaissais pas
lorsque j’ai écrit, j’ai dû m’interroger à nouveau
 : pourquoi la théorie géniale de Jacques Duboin a-t-elle
eu si peu d’échos ?
Je comprends qu’elle soit repoussée par les hommes politiques
et tous les privilégiés, mais les autres, cette grande
majorité d’insatisfaits brandissant en permanence, symboliquement
ou réellement des banderoles réclamant plus de liberté,
de justice, d’égalité, ceux-là, comment réagissent-ils
devant l’Economie distributive ? Par l’indifférence ou l’ironie
 !!
On peut trouver et il existe, naturellement, de nombreuses explications,
mais si l’on veut aller réellement jusqu’au plus profond des
choses, j’ai bien peur que l’on ne découvre une raison fondamentale
et bien désagréable : les hommes n’aiment pas l’égalité
 !
Ce n’est pas un paradoxe : lorsqu’une classe sociale se bat contre les
inégalités, elle cherche en fait à s’élever
au niveau de ceux par qui elle est dominée, à l’arrière
plan se profile le désir de renverser à son profit une
situation dont elle souffre. Ce n’est pas une vue de l’esprit, toutes
les révolutions le démontrent, et seule une toute petite
minorité de doctrinaires purs y échappent en transposant
leurs avantages sur un plan purement moral ou intellectuel.
Personne n’aime avouer, serait-ce à lui-même, qu’il est
fabriqué avec un matériau à base d’orgueil, d’égoïsme
et d’ambition, mais c’est un fait contrôlable par quiconque est
capable d’une autoanalyse sérieuse. La recherche de l’égalité
est inconsciemment ressentie comme la possibilité pour une personne
supérieure, c’est-à-dire MOI, de donner la pleine mesure
de ses possibilités, de supprimer les obstacles à son
épanouissement. C’est une expression de ce que j’ai appelé
le « Dynamisme possessif » et que l’on trouve à la
base de tous nos comportements et à l’origine de tous les problèmes
sociaux. (1)
Sous cet éclairage psychologique on aperçoit mieux pourquoi
les foules n’ont pas réagi devant l’Economie distributive avec
l’enthousiasme que cette doctrine mérite.
Elle donnerait à l’humanité un nouveau départ pour
reconstruire la société sur une base d’égalité
et de justice.
Elle mettrait fin rapidement au sentiment de pénurie qui bloque %0