La grande révolution monétaire

par  J. CARLESSE
Publication : juin 1978
Mise en ligne : 3 septembre 2008

A l’ère de la rareté la monnaie, logiquement,
était basée sur le produit le plus rare ou estimé
tel.
A l’ère de l’abondance, c’est l’abondance elle- même qui
doit être l’étalon de sa propre mesure monétaire.
C’est avant tout dans le domaine monétaire que la grande révolution,
qui permettra au progrès technique de donner tous ses fruits,
doit s’accomplir.
Rien ne sert de rêver de vastes progrès sociaux si l’on
ne peut les réaliser en domestiquant l’abondance née du
machinisme et des progrès de la science.
Toutes les générosités des programmes politiques
se heurtent toujours au mur des insuffisances budgétaires.
Nous savons désormais que la machine relève irréversiblement
l’homme du travail qui devrait lui assurer sa solvabilité. Désormais
cette solvabilité doit être recherchée ailleurs
que dans la rémunération du travail puisque ce dernier
se fait de plus en plus rare alors que la production devient de plus
en plus abondante.
L’infrastructure économique de toute politique de progrès
social doit donc postuler que le pouvoir d’achat de chacun doit être
indépendant de la quantité de travail fourni. Ce qui veut
dire que l’homme doit pouvoir travailler de moins en moins tout en bénéficiant
de plus en plus de pouvoir d’achat.
Cette assertion fait sourire ceux qui continuent à dire que seul
le travail est générateur de richesses parce qu’ils oublient
que ce travail nécessaire à la production a été
considérablement augmenté depuis que ce sont les machines
qui le font à la place de l’homme. Il est donc inutile de priver
l’homme de ses fruits sous prétexte qu’il ne peut participer
que très peu à leur production.
L’infrastructure économique de la nouvelle politique sociale
à instaurer doit donc comporter de très grandes diminutions
des temps d’activité tout en conservant et même en accroissant
les revenus de chacun.
Pour résorber définitivement ce qu’on appelle le chômage,
il est vain de chercher de nouvelles occasions de travail, il serait
plus logique, par exemple :
1°) de ne faire entrer les jeunes dans la vie active qu’à
25 ou 28 ans en rémunérant leur formation ;
2°) d’abaisser l’âge de la retraite à 60 ou même
55 ans ;
3°) de réduire la semaine de travail à 35 ou 30 heures,
l’année à 9 ou 10 mois, etc...

- Mais qui paiera la note, s’écrieront les
impénitents économistes de la rareté ?
- Les machines et la science, répondrons-nous. Il suffira de
monnayer l’abondance, c’est-à-dire
de faire en sorte que chaque produit engendre la monnaie susceptible
de l’acheter (*). De telle façon que plus la science crée
de produits, plus il y aura de signes monétaires à distribuer
 ; ce qui donnera une telle accélération à la production
qu’on aura plus de revenus pour l’acheter qu’on ne pouvait l’espérer.
Et cela sans craindre l’inflation puisque la demande ne sera jamais
supérieure à l’offre.

(*) Voir page 16, le paragraphe : « La monnaie
de consommation ».