La mère Thatcher a raison !

par  H. de JOYEUSE
Publication : juillet 1982
Mise en ligne : 26 janvier 2009

LA Mistresse a raison ! Quoique ménopausée, selon le
Dr du Panama, elle est dans la logique de la règle capitaliste
dite libérale. Quelle est la situation économique dans
son bled ? Près de3 millions de glandouilleurs qui disent chercher
du travail (comme si l’on pouvait en trouver). Une industrie en chute
libre. Une récession généralisée. L’impossibilité
d’accommoder les moutons à la sauce Cresson, celle de fourguer
les veaux de la British Leylan, etc.
Lorsque les grandes puissances, en 1914, éprouvèrent des
difficultés à trouver des marchés pour leur, production,
la First Guerre mondiale survint à point pour éliminer
tous les stocks. Même jeu en 40. « Exporter ou mourir, »
hurlait ce pôvre Adolf qui, effectivement, en défuncta.
Il y avait 11 millions de chômeurs aux USA qui devinrent miraculeusement
11 millions de GI’s nourris, logés, blanchis, enterrés
gratuitement.
Aujourd’hui, au sommet de Versailles, on est bien d’accord pour reconnaître
qu’une 36 Guerre mondiale, cependant indiscutablement nécessaire,
est risquée par la faute des atomes trop prompts à se
déchaîner. Géniale, la Mamy Tâtechair, humaine,
a trouvé sa solution : sa petite guerre personnelle. En prime,
son nom prendra place dans l’Histoire à côté de
celui de W.C. Churchill, le paranoïaque alcoolique qui se faisait
projeter, dans son bunker, le déluge de fer et de feu sur Dresde
et ordonnait la destruction du Havre... pour prévenir la concurrence
future.
Lorsqu’il faut déplacer une Armada, ça fait de la dépense.
C’est autant de Livres injectées dans l’économie. On achète
du mazout, du kérosène, du matériel. Réquisitionner
le « Queen Elizabeth » c’est faire retravailler équipage
et services généraux. Les tirs au but ou à côté,
épuisent les munitions. Il faut en produire d’autres.. Les arsenaux
embauchent. Une armée en déplacement ça consomme
de tout : de la poudre et des balles, du singe, des slips, de l’étamine,
etc. Faut fournir. Des bateaux sont coulés. Tant mieux. On les
remplace, d’où commandes aux chantiers navals inactifs. Des équipements
électroniques, plus performants que les précédents
(qui ont laissé immerger quelques fleurons) sont à étudier.
Ce qui nécessite des chercheurs et l’expansion de nouveaux laboratoires.
Des chômeurs sont à recruter pour combler les vides. Soigner
les blessés fait turbiner le corps médical et augmente
la consommation de charpie et de gutta-percha. Enterrer les cadavres
procure satisfaction aux fossoyeurs et pasteurs anglicans. Le tout fait
grimper le tirage de la Presse, ce qui rend la vie plus rose aux imprimeurs,
transporteurs, papetiers, etc. Il est vrai la littérature laisse
froids, comme un kriss, les Gourkas analphabètes, fer de lance
de la machine guerrière de Sa Grincheuse Majesty. Le peuple réclame
de nouveaux avions, de nouveaux hélicoptères, des canons,
des torpilles, du napalm. On lui en flanquera plein la gueule. Il aura
pas à se plaindre. Y aura du rab. Il faut aussi des Exocets ».
Surtout on les achète pas à ces salama biches de Frenchy
qui en ont filé aux Rastaquouères, cet ennemi héréditaire
(ça fait 145 ans qu’ils revendiquent les Malouines). On lance
un programme de fabrication de tels engins made in England.
La Mamy Task-chère est une fine fine mouche. Elle utilise au
profit de son seul pays, la vieille solution, irremplaçable,
de la guerre, pour parvenir à l’écoulement des produits
invendables et en pondre de nouveaux. Voilà bien l’égoïsme
traditionnel de nos ennemis les Anglais.
Ne pourrait-on, s’entendre (discrètement) avec Chinois et Russes
pour faire une guéguerre, sans risque atomique, dite traditionnelle,
entre gens de bonne Company ? Tâte-cher montre la voie, suffit
d’emboîter. Il n’est de bonne guerre qu’en Europe. Il faut dégoter
une source de conflit. Le Liechtenstein n’a-t-il vraiment rien à
reprocher à Monaco ? En fouillant bien ?