Tiers Mondisme et spéculation

par  R. MARLIN
Publication : août 1989
Mise en ligne : 11 mai 2009

Alerte ! après des années de soi-disant
surproduction alimentaire, voici la soi-disant pénurie. Les bataillons
serrés des spécialistes de la prévision montent
à l’assaut de l’opinion pour la convaincre que la famine nous
guette, avec, en renfort, la caution invoquée de la "communauté
scientifique".

La malédiction

Les mythes millénaires resurgissent à
propos aux approches de l’an 2000. Aux années de vaches grasses,
ne peuvent que succéder des années de vaches maigres.
Dans le tréfonds de l’esprit des êtres humains ordinaires,
il faut bien qu’il en soit ainsi puisque cela a toujours été.

"Ce qui fut, cela sera ; ce qui s’est fait se
refera et il n’y a rien de nouveau sous le soleil". (L’Ecclésiaste
1,9).

L’Histoire étant un éternel recommencement,
il ne peut y avoir de paix sur terre, de même qu’il ne peut y
avoir de mutation dans la production et les échanges. Donc, il
faut continuer à préparer les guerres futures, même
au temps où l’arme nucléaire est capable de faire disparaitre
toute vie sur terre. Alors, lorsque le progrès scientifique et
technique apporte l’abondance potentielle qui menace le profit et le
système économique actuel, il faut bien que la pénurie
revienne puisqu’il en a toujours été ainsi. Le régime
capitaliste, s’il n’a pas été éternel dans le passé...
l’est devenu et c’est bien ainsi.

Tel est le raisonnement inconscient du citoyen moyen
et de l’économiste à la mode, jusqu’au plus distingué...

La conjoncture

La mousson tardive aux Indes, les inondations au Bengladesh,
l’invasion des criquets en Afrique, la désorganisation de l’agriculture
en URSS et la sécheresse en Chine, aux Etats-Unis et au Canada
se sont conjugués, c’est vrai, pour donner de mauvaises récoltes
depuis l’an dernier. Les stocks de céréales ont donc chuté
de 110 millions de tonnes et la production de l’année 1988 de
57 Mt. Lester Brown du Worldwatch Institute relève que la production
mondiale de céréales avait augmenté, entre 1950
et 1984, de 624 Mt à 1645 Mt. Soit un accroissement de la production
par habitant de 40%, qui s’est transformé en diminution de 14%
depuis 1984. Il faut ajouter que la population du globe s’accroit en
même temps au rythme annuel de 86 millions de personnes ce qui
pose problème, mais la démographie est une autre question,
trop vaste pour être abordée ici.

Cette situation inquiète évidemment les
agronomes et les statisticiens. Une commission mondiale sur l’environnement
et le développement a été chargée de l’étudier
par l’Assemblée générale des Nations Unies depuis
1983. Présidée par Mme Gro Harlem Brundeland, Premier
Ministre travailliste de Norvège et M. Mansour Khalid, du Soudan,
elle a publié son rapport en avril 1987 (1). Les éléments
principaux dont nous faisons état dans cette chronique ont été
repris notamment par "Le Monde" dans un article d’Eric Fottorino
(2) et par René Dumont, dans une étude du "Monde
diplomatique" (3). L’ancien candidat écologiste à
la Présidence de la République a donné une série
de conférences en France (4) et a écrit un livre (5) dans
lequel il commente ses idées sur ce sujet.

La FAO (6) et le Groupe de Vézelay (7) ont également
repris ces informations. Ce dernier groupe a lancé un appel "Pour
des Etats-Généraux de la planète" qui seraient
chargés de rechercher les solutions "les plus efficaces
pour sauver les équilibres vitaux" du globe et "...
les formes de développement susceptibles d’assurer à tous
les hommes et aux générations à venir les conditions
d’une existence digne et harmonieuse et l’établissement de relations
équitables entre les pays les plus industrialisés et les
autres...".

Les conjectures

Les principaux accusés de ces méfaits
sont les fameux CFC (Chloro-fluoro-carbones) qui seraient à l’origine
de la destruction partielle de la couche d’ozone au-dessus des pôles,
principalement. Or, cette couche nous protège des rayons ultra-violets
solaires qui seraient, sans cela, capables de détruire toute
vie sur terre. D’un article très documenté de Patrick
Aimedieu (8) sur la chimie des grands froids, il résulte que
ces produits chlorés ne seraient pas les seuls en cause ; les
éruptions volcaniques le seraient également. D’autre part,
le refroidissement de la stratosphère resterait sans interprétation
claire. Cette question n’est pas sans intérêt si l’on sait
que la stabilité des CFC les rendra dangereux pour encore plusieurs
décennies, malgré les accords intergouvernementaux partiels
intervenus récemment (9).

L’augmentation de la teneur en dioxyde de carbone (C02)
ainsi que le méthane (CH4) de l’atmosphère serait également
à l’origine de "l’effet de serre" qui, piégeant
les rayons solaires, provoquerait un réchauffement global du
climat. Ce phénomène serait dû au déboisement
de plus en plus généralisé, y compris par les pluies
acides, et à l’utilisation intensive des combustibles fossiles
(charbon, lignite, dérivés du pétrole). Remarquons
à ce propos que les centrales nucléaires civiles sont
moins polluantes pour l’environnement puisqu’elles économisent
cette dernière forme de production énergétique.
Sur les six années les plus chaudes (en moyenne mondiale), quatre
se situent entre 1980 et 1987. C’est cette raison qui expliquerait la
sécheresse dans certaines régions de la terre et la diminution
du débit des grands fleuves. Quant à l’élévation
moyenne de la température, elle pourrait provoquer la fonte partielle
des calottes glaciaires polaires et menacer les régions de terres
basses,comme par exemple, la Hollande...

Les essais thermonucléaires qui mettent en jeu
des températures et des pressions autrement inconnues sur terre,
sont tabous et leurs effets sur le climat sont inconnus.

Malgré les incertitudes et le doute scientifique
que nous avons soulignés, les mesures supranationales prises
ou envisagées sont évidemment fondées. La défiance
ne doit pas, dans ce cas, engendrer l’indécision et la prévention
s’impose.

Le bilan

Sous l’avalanche des statistiques pessimistes, il
convient néanmoins de réagir. Même si l’espoir est
faible, l’instinct de survie de l’espèce nous pousse à
tenir compte de chiffres plus prometteurs. Si nous devons survivre,
il faudra bien en rechercher les moyens.

Et d’abord, les stocks mondiaux, même décroissants,
n’ont pas disparu. D’après la FAO, il faudrait que la production
céréalière augmente de 220 Mt en 1989, soit de
12%, pour que les réserves soient reconstituées. Lorsque
l’on considère les fortes variations, en baisse, de 1988 par
rapport à 1987, il n’est pas exclu que cela se produise. Si ce
n’est pas le cas en 1989, ce peut très bien l’être les
années suivantes. La conjoncture se retournerait une fois de
plus. C’est si possible, d’après d’autres experts, que les représentants
des Etats-Unis, du Canada et de la CEE se bataillaient encore en début
d’année sur les mesures à prendre afin de faire diminuer
les aides que les gouvernements accordent à leurs agriculteurs
pour le soutien des prix. Pour en donner une idée, il s’agissait
de 27 et 23 milliards de dollars respectivement aux EtatsUnis et dans
la CEE en 1987 (9).

D’autre part, personne ne s’est opposé au plan
de mise en jachère européen (11). Ajoutons que les plafonds
fixés aux productions de céréales et d’oléagineux
restent toujours en vigueur, ce qui fait dire au commentateur du bilan
cité ci-dessus que l’occasion d’assainir le marché céréalier
a été ratée et qu’elle "ne se représentera
pas de si tôt"’.

Comme nous le voyons, selon les spécialistes
auxquels l’on se réfère, les vues changent radicalement
pénurie pour les uns, abondance pour les autres. Nous avons l’habitude
 : depuis les fausses alarmes du rapport du Club de Rome sur les "limites
de la croissance" (12) jusqu’au "planté" magistral
de tous les économistes (!!) sans exception qui avaient prévu
de très mauvaises années 1988 et 1989 à la suite
du krach financier du 19 octobre 1987, alors qu’elles ont été
excellentes. Tous (les mêmes) le reconnaissent maintenant (13).

La spéculation

Contrairement à la réponse peu aimable
que René Dumont a faite à notre courte intervention au
cours de l’une de ses réunions (4), nous savons bien compter.
Et pourtant, nous ne faisions qu’introduire quelques nuances dans son
raisonnement. Le célèbre écologiste s’est éloigné
de l’économie distributive, c’est entièrement son droit.
Il commence à se différencier du mondialisme alors qu’il
s’en déclarait encore récemment très chaud partisan
dans l’étude citée ci-dessus (3). Nous connaissons aussi
fort bien les risques d’un mondialisme autoritaire (14). Même
s’il abandonnait aussi les thèses mondialistes, nous ne saurions
pas et ne songerions pas à l’en empêcher. Mais René
Dumont estime manifestement que son soutien au tiers-monde est antinomique
de nos thèses. Or il n’en est rien.

Il sait fort bien, car l’agronomie n’a pas de secrets
pour lui, que les progrès scientifiques en cette matière
ont été foudroyants depuis les années 70 ; révolution
verte (blé et maïs hybrides), mécanisation agricole,
amélioration des engrais et des semences, etc... et qu’ils sont
très prometteurs pour l’avenir : biologie et génétique
agricoles, cultures sans sol, etc... Faisons confiance aux scientifiques
pour nous sortir, une fois de plus, de nos difficultés à
condition que nous leur en donnions les moyens. Méfions-nous
plutôt des philosophes et des moralistes qui ont montré
leur incapacité à intégrer les connaissances techniques
dans leur raisonnement. Rassurons les tiers mondistes et les écologistes.
Nous, distributistes, n’avons aucunement l’intention de surexploiter
la planète et d’ignorer son équilibre écologiste.

Le capitalisme est instable par nature. Il se complait
dans les extrêmes et les spéculateurs ne gagnent jamais
plus qu’avec les hausses ou les baisses qui résultent d’engouements
plus ou moins sciemment organisés. C’est aussi un régime
à courte vue : le long terme et la sérénité
lui sont étrangers. La pénurie, ou même sa seule
perspective, rétablit le profit dont il ne peut se passer. Les
controverses dont nous avons parlé sont, il faut le savoir, au
centre de luttes d’intérêts énormes. Les propagandes
les plus insidieuses et les plus puissantes n’en sont point exclues.

Quant à nous, face aux modes éphémères
de la pensée philosophique ou économique, nous garderons,
la lucidité et nous agirons par tous les moyens en notre pouvoir
pour que la foule des êtres de bonne volonté nous rejoigne
enfin. Nous savons où sont nos adversaires et où sont
nos amis.

(1) "Our common future" Oxford University
Press 1987 traduit en français sous le titre "Notre avenir
à tous" Editions du Fleuve et les Publications du Québec,
Montréal 1988
(2) Voir "Le Monde" du 4 avril 1989
(3) Voir "Le Monde diplomatique" d’octobre 1988 et aussi l’article
d’André Prime dans la GR n° 879
(4) Nous avons assisté à l’une de ces réunions
le 25 avril 1989 à Toulouse, à l’Université des
Sciences Sociales, devant plus de 500 étudiants (5) "Un
monde intolérable, le libéralisme en question", avec
la collaboration de Charlotte Paquet. Editions du Seuil, Octobre 1988.
(6) Organisation des Etats-Unis pour l’agriculture et l’alimentation
(7) Sous l’impulsion de Mme et M. Beaud et de Pierre Calame. Adresse
 : rue Bonnette 89450 Vézelay (8) dans la revue mensuelle Clartés,
Avril 1989
(9) Protocole de Montréal du 16 septembre 1987, accord de Bruxelles
du 2 mars 1989 et appel de la Haye du 11 mars 1989 - Voir la GR n° 
878
(10) Bilan économique "Le Monde" du 27 décembre
1988
(11) Ne rappelons qu’un chiffre : 15 millions d’hectares dans la CEE
d’ici l’an 2000, soit une production gelée possible de 50 Mt
de blé au moins.
(12) "Halte à la croissance ?’ Editions Fayard 1973
(13) Cela ne les empêche pas de continuer à officier et
de se moquer de nous, pauvres farfelus...
(14) Voir notamment "L’économie à l’institut d’Etudes
Mondialistes" GR n° 871