Abondance de richesse

par  LE LISEUR
Publication : 24 janvier 1939
Mise en ligne : 14 mai 2006

 « L’équipement du monde »

En route vers l’autarcie

La France étant tributaire de l’étranger pour la fourniture de certains articles de caoutchouc manufacturés tels que le fil, le ruban, etc... on apprend que cette fabrication est désormais bien organisée dans une usine qui se trouve à Feysin, dans l’Isère.

La Roumanie a importé, en 1937, 1.210 tonnes de rayonne en provenance de l’Allemagne et de l’Italie, mais, comme la production locale se développe rapidement, il est probable que les importations de 1938 ne dépasseront pas 600 tonnes.

La Grèce, depuis deux ans, s’efforce d’assurer l’autarcie du pays et de développer particulièrement l’industrie chimique. La production industrielle, en 1937, dépasse de 9% celle de 1986, et de plus de 54% celle de 1928.

Pérou. - Un projet dc construction d’une fabrique d’azote a été proposé au gouvernement péruvien. Cette usine fabriquera de l’ammoniaque, de l’acide nitrique, des explosifs. Des recherches sont également faites en vue de fabriquer des antiseptiques et des colorants.

Yougoslavie. - Un projet de grande centrale hydro-électrique à édifier sur le Dvina fait actuellement l’objet de l’étude du ministère du Commerce et de l’industrie.

La Bulgarie, la Yougoslavie et la Roumanie sont les pays de l’Europe orientale qui développent le plus leur industrie. L’Allemagne est leur principal fournisseur. Le rythme de leur équipement s’accélère sans cesse.

(Extrait de la Journée industrielle.)

Au Maroc. l’industrie locale des conserves de poissons a évincé les conserves françaises.

La spécialisation locale des vins de liqueurs a évincé les vins français.

L’importation des ciments français est presque nulle devant le développement de l’industrie locale.

Les importations françaises de savon décroissent sans cesse. On assure que les nuisons marseillaises curaient vendu leurs marques aux usines locales.

La conséquence est que les compagnies de navigation sont de plus en plus dépourvues de fret à l’aller.

La Roumanie, qui nous achetait de la bonneterie en grosse quantité, est devenue exportatrice à son tour, et n’est plus notre cliente.

La hollande cultive en serre chaude des raisins de table, des pêches, des tomates, des concombres, des laitues, clos haricots, des chouxfleurs, des épinards, etc...

Et voilà pourquoi l’Abondance aura le dernier mot.

 L’abondance des pommes

En première page d’un journal du matin, un article de M. Geistdœrfer, où ce député signale que la récolte des pommes a été excédentaire à un point presque catastrophique (sic).

150.000 tonnes de pommes ont été perdues.

Tout l’article est consacré à abondance, mais si jamais M. Geistdœrfer entend parler de l’Abondance, il ouvrira des yeux étonnés et s’écriera que c’est une utopie, etc...

Car nous supposons que M. Geistdœrfer, député, ne siège jamais au Palais-Bourbon. Il ignore donc qu’on a voté, à l’occasion du budget, tout un ensemble de mesures pour raréfier les denrées agricoles.

Nous ne pouvons lui offrir qu’une consolation : c’est qu’ils sont neuf cents aussi obtus que lui !

 En route vers l’abondance

Nous ne dépeindrons pas à nos lecteurs les ennuis endurés par les producteurs de coton du monde entier.

Le souci dc la vérité nous interdit cependant de leur cacher plus longtemps que la France a mis en oeuvre un plan de développement du coton qui en triplera à peu près sa propre production d’ici 1943.

La France va de même augmenter la production, dans ses colonies, des oléagineux, du sisal, du cacao, du tué, du caoutchouc.

Quant au café, le Brésil, notre principal fournisseur, ne pourra plus, dans 5 ans, l’échanger chez nous contre d’autres marchandises, car nous nous suffirons à cette date, d’où 1 milliard et demi d’économie. (Tant pis pour le Brésil et sa monnaie.)

Nous échangeons actuellement pour 600 millions de fruits et pour plus d’un milliard de pâte à papier avec d’autres pays. Nous aurons bientôt tout cela chez nous.

Bien entendu, quand nous aurons tous ces produits aussi abondants que les pommes en Normandie, nous ferons appel, par voie de concours, aux meilleurs techniciens destructeurs, afin de dénaturer, résorber, assainir, dans les meilleures conditions et en employant des mots nonveaux, si possible.

A ce moment, des économistes brevetés tous pays nous chanteront encore les louanges de l’économie échangiste.

 L’Abondance submergera le monde

Car telle est la volonté de l’humanité.

En Californie, l’Association des Producteurs de Fruits a entrepris l’étendue des rue-sures de protection des fruits contre la gelée nocturne  : 7 millions de dollars dépenses ont sauvé la valeur de 64 millions de dollars de récoltes.

Après de nombreux essais on s’est arrêté à des emplois de torches à bec renversé, alimentées au pétrole et donnant une vive lumière jaunâtre d’un pouvoir calorique intense.

Des essais similaires sont poursuivis en France dans la vallée du Rhone.

Tôt ou tard l’Abondance vaincra, mais sa contre-partie sera l’effondrement de la monnaie smut sa forme actuelle.


Brèves

12 avril - Les Affranchis de l’an 2000

Fichiers ePub et PDF du livre Les Affranchis de l’an 2000 de Marie-Louise DUBOIN.