Association T.G.V.

Publication : août 1986
Mise en ligne : 24 juin 2009

Nous avons reçu de l’association « pour le Transport Gratuit des Voyageurs », à la suite du dossier ouvert par René Marlin dans notre numéro 844, le texte suivant sous forme d’une carte :

Les faits :
Un usager utilise gratuitement un service public de transport et remet
cet imprimé rempli à un éventuel contrôle.
Je soussigné ..................
demeurant .....................
attentif aux graves conséquences qu’engendre la circulation automobile
en milieux urbain et interurbain (consommation d’énergie, pollutions,
accidents de la route...) conscient des avantages qui naîtront
de la gratuité des transports collectifs tant pour l’employé
de ce service public, que pour l’usager (gain de temps et d’argent,
transports plus accueillants...) reconnait avoir utilisé volontairement
gratuitement les transports collectifs en tant que membre de l’association
TGV (Association pour le Transport Gratuit des Voyageurs).

Les motifs :
Avantages socio-économiques de la gratuité des transports
en commun.
Les contribuables et le Syndicat des Transports Parisiens financent
aux deux tiers les dépenses de fonctionnement des entreprises
de transports publics, puisque le billet payé par l’usager représente
seulement le tiers restant. L’association TGV considère que la
billeterie et le contrôle qui alourdissent de façon conséquente
les charges de la SNCF et de la RATP ne rendent aucun service à
la collectivité et doivent de ce fait disparaître par l’instauration
de la gratuité. De ces charges inutiles, nous distinguons les
frais d’investissement matériel (tourniquets, portes, infrastructure
de fabrication de billets, distributeurs de billets...) dont la suppression
allégera les charges supportées par les contribuables,
des frais du personnel de contrôle, de billetterie, d’entretien
des mécanismes cités ci-dessus... Ces salariés
doivent revendiquer avec nous le maintien de leur pouvoir d’achat et
exiger que leur emploi serve principalement l’amélioration du
service offert aux usagers et la réduction du temps de travail
de l’ensemble du personnel de ces entreprises de transport.

Les revendications politiques :
Cet acte ne doit en aucun cas être considéré comme
une tentative de fraude mais comme une action politique économique
et sociale légitimement défendue par les membres de l’association
TGV qui organise chaque lundi de 18 h 30 à 20 h des réunions
débats avec les employés et les usagers des transports
publics au 33 rue des Vignoles - Paris 75020 - métro Avron ou
Buzenval.

à............ le................ 19..
Signature :