La douane et les douaniers

par  H. MULLER
Publication : janvier 1986
Mise en ligne : 15 juin 2009

Les douaniers sont des saints en niche. Les amendes
transactionnelles et leur arbitraire ? un héritage de COLBERT.
Les paquets-cadeaux des transporteurs aux douaniers ? Une tradition.
Corruption ou complaisance ? Allez le savoir ! L’enterrement des dossiers
 ? Cela regarde les gens de l’Administration centrale, le Ministre ou
son cabinet. Les indicateurs ? il n’est pas dans les usages de révéler
leur identité. Les fouilles à corps ? Attention aux retours
de bâton ; certains clients ayant le bras long, il est parfois
prudent de n’y pas toucher. Les évasions de capitaux d’or, les
sorties de devises ? pas toujours frauduleuses s’il existe une autorisation
semi- confidentielle que l’on ne produit qu’en cas de flagrant délit,
avec un délai de grâce (le temps de la rédiger ?).
Nos grands européens nous avaient promis la libre circulation
des hommes, des marchandises et des capitaux. Force est de constater
que les douaniers sont toujours là, inquisiteurs, perquisitionneurs.
Il n’est que les Multinationales pour cultiver l’art de tourner les
règlementations, fraudant à qui mieux mieux, promenant
leurs changements à travers trente six pays, réalisant
leurs profits dans les paradis fiscaux où sont établies
des facturations multipliant par trois, six, voire dix les prix d’origine.
Il semblerait que les produits pharmaceutiques occuperaient une place
enviée dans le peloton de tête pour ce genre de performance
comptable. La sécurité sociale est bonne fille, ses cotisants
bernés, jour après jour, comme il n’est permis de l’être.
On conçoit la raison pour laquelle la Commission trilatérale,
siège du pouvoir occulte des grandes multinationales, veille
à ce que les gouvernements éloignent de leur sein et des
Assemblées, les trublions qui voudraient changer l’ordre des
choses.