Le chômage aux Etats-Unis

par  P. SIMON
Publication : novembre 1976
Mise en ligne : 12 mars 2008

Malgré la reprise économique en cours depuis le début de l’année aux Etats-Unis, reprise qui donne actuellement des signes certains d’essoufflement, le taux global de chômage est encore [1]de 7,8%. Parmi les catégories les plus touchées il y a les femmes. Comme la part qu’elles occupent dans la population active croît constamment, il faut que l’économie crée de nouveaux emplois pour répondre à la demande de toutes celles qui attendent. Déjà, trois femmes mariées sur cinq et une mère de famille sur deux travaillent.
Bien sûr, il y a plus de sans emploi chez les femmes que chez les hommes. D’abord, parce qu’elles sont moins qualifiées, ensuite parce qu’elles sont toujours les dernières qu’on embauche mais les premières qu’on licencie.
Il en va de même chez les jeunes pour qui le problème est encore plus grave. En effet, si le taux de chômage est de 7,5% parmi les femmes (il est de 6,1% chez les hommes) il atteint le chiffre exorbitant de 18,6% chez les moins de vingt ans, soit bien plus que chez les Noirs chez qui il est de 12,7%.
Constatant l’incapacité de l’économie américaine à absorber toute cette main-d’oeuvre et soucieux de trouver une solution, les économistes américains ont fait preuve d’imagination. Ils ont changé les critères du « plein emploi ». Jusqu’à présent, on considérait que le plein emploi était atteint lorsque le taux de chômage global ne dépassait pas 4%. Désormais ce taux sera de 5%. Il suffisait d’y songer.
Ces quelques faits et cette « anecdote » illustrent encore une fois l’illusion dangereuse que constitue la notion de plein emploi dans une économie capitaliste. Le droit au travail ne peut être garanti et un volant de chômeurs, dont il suffira de remonter le seuil officiel pour se donner bonne conscience, est le phénomène le plus normal du monde. Qui souhaite faire partie de ce volant ? L’illusion que constitue le plein emploi a été vigoureusement dénoncée par Jacques DUBOIN.


[1Ce chiffre est cité par la revue TIME (1-11-1976). Il est contesté par l’AFL-CIO, la grande centrale américaine, pour qui le taux réel est de 10,3%. Elle y inclut tous ceux qui, las de chercher en vain un emploi, ont renoncé à travailler.


Brèves

12 avril - Les Affranchis de l’an 2000

Fichiers ePub et PDF du livre Les Affranchis de l’an 2000 de Marie-Louise DUBOIN.