L’égalité économique

par  J. MERMENDE
Publication : décembre 1976
Mise en ligne : 13 mars 2008

Notre camarade Marcel Dubois rappelle, dans le précédent numéro de cep journal, que, selon Jacques Duboin, « l’économie distributive comporte un troisième élément, fondamental dans l’esprit de son créateur : l’égalité économique...  ». Considérant la répulsion actuelle, fort généralisée, à l’égard de cette égalité, Marcel Dubois se demande s’il ne serait pas opportun de tempérer cette position « par des étapes facilitant l’adaptation progressive des mentalités ».
Que nous a donc enseigné Jacques Duboin sur ce point ?
Rouvrons ce livre de base qu’est « Libération ». Je lis dans la troisième édition publiée en 1937, page 229 :
« L’économie convenant à l’ère de l’abondance, dans laquelle nous sommes entrés, doit distribuer tous les produits créés et doit en produire le plus possible, grâce à l’équipement dont le pays dispose et grâce au travail humain encore nécessaire... ».
Vous lisez bien : « convenant à l’ère de l’abondance  ». Certes ! nous sommes déjà entrés dans cette ère mais quant à l’abondance, elle n’y est pas encore entrée du fait de la lutte constante que lui livre le régime capitaliste. Et c’est bien là ce que nous explique Jacques Duboin, à travers son oeuvre tout entière.
A la page 233 du même ouvrage, Jacques Duboin précise sa pensée comme suit :
« L’égalité économique absolue de tous n’est pas indispensable à l’économie de l’abondance. Il est possible de prévoir, surtout dans les débuts, tel ou tel mode de distribution avantageant, par exemple, l’ancienneté, les aptitudes, la responsabilité, la collaboration intellectuelle. En fait, je ne vois pas le critérium dont on pourra se servir, car l’idée d’abondance hurle d’être accouplée à celle d’une distribution variant avec les individus, l’abondance excluant la nécessité de faire des portions... L’idée de récompenser le labeur fait encore partie de l’ère de la rareté »... La cause n’est-elle pas entendue ?
Il y a bien des années que de nombreux militants pour l’économie distributive préconisent, pour une période de transition, la création d’un double revenu : un revenu social de base, égalitaire, dont le pouvoir d’achat croîtra en fonction de la production nationale et un « revenu d’émulation », récompensant les services rendus à la collectivité mais fixé une fois pour toutes, c’est-à-dire ne croissant pas avec la production nationale. Ainsi au fur et à mesure de la marche vers l’abondance, le rapport du pouvoir d’achat du « revenu d’émulation » s’amenuisera par rapport à celui du « revenu social de base ».
Sans traumatiser qui que ce soit, nous entrerions donc dans une société socialiste et distributive authentique, c’est-à-dire conforme à la vision de Jacques Duboin.


Brèves

12 avril - Les Affranchis de l’an 2000

Fichiers ePub et PDF du livre Les Affranchis de l’an 2000 de Marie-Louise DUBOIN.