Pauvre tiers-monde

par  A. PRIME
Publication : avril 1990
Mise en ligne : 24 mars 2009

Pauvre doublement : misérable et spolié
par ses dirigeants. Houphouet-Boigny, qu’on aurait pu croire un parmi
les moins "ripoux", ne fait pas exception à la règle.
La mégalomanie qu’il a montrée en construisant, dans son
village natal, une place et une cathédrale Saint-Pierre bis apparait
presque dérisoire à côté des récentes
révélations qui ont accompagné la révolte
des étudiants et de la population ivoirienne. Rappelons tout
d’abord la réaction de celui qu’on appelle "le vieux"
 : "Si j’avais à choisir entre le désordre et l’injustice,
je choisirais l’injustice, parce que l’injustice , on a le temps de
la réparer."
Le Journal du Dimanche, le Monde, d’autres journaux sans doute, dénoncent
les injustices sociales qui ont provoqué les révoltes.
On le sait, les prix des principales productions - café, cacao
ont chuté dans la proportion de 10 à 3, provoquant une
situation économique préoccupante. Houphouet, pour y parer,
annonce une réduction importante des salaires des fonctionnaires
et une augmentation de la "contribution de solidarité",
payée par les salariés du secteur privé. La pilule
ne passe pas, d’autant moins que lesfortunes et avantages des privilégiés
dans un pays où règne la misère font scandale.
La fortune personnelle d’HouphouetBoigny oscillerait entre 40 et 60
milliards de francs, comptes en France, en Suisse, au Luxembourg, nombreuses
propriétés parisiennes ; il y a dix ans, Madame Houphouet-Boigny
a acquis boulevard des Invalides, un magnifique hôtel particulier
entouré d’un parc. Tous les parents du Président ont eux
aussi des appartements à Paris.
90.000 des plus gros revenus ivoiriens n’ont jamais payé un franc
d’impôt. Laurent Gbagbo, chef de l’opposition et le ministre du
Budget en ont dressé une liste .... en quatre tomes !
Comparées à tout cela, les dépenses pour la construction
"Saint-Pierre" semblent peu de choses : 800 millions de francs,
prélevés sur la fortune personnelle d’Houphouet (dixit
l’intéressé).
L’exemple de la Côte d’Ivoire n’est, hélas, pas le seul
 : que dire du Gabon et d’Omar Bongo, richissime si l’on en croit la
liste des "intérêts" qu’a le Président
dans un nombre impressionnant de sociétés ou banques.
Le Président reconnait posséder deux villas aux Etats-Unis,
une à Nice, un appartement avenue Foch ! Ce n’est déjà
pas si mal
Quant à Mobutu, ex sergent major, la Grande Relève a déjà
eu l’occasion d’en parler : fortune, châteaux défient la
chronique. Mais les Zaïrois vivent la misère. Pauvre Tiers
Monde !

POUR DE L’OR
40.000 à 50.000 chercheurs d’or illégaux, les Garimpeiros,
qui devaient être évacués manu militari de plus
de cent mines d’or situées des réserves des indiens Yanomani
sur décision de la Cour Fédérale Brésilienne
vont continuer à extraire trois tonnes d’or par mois. En effet,
les Galimpeiros sont arrivés à un "accord" avec
le ministre de la Justice du Brésil pour rester sur place et
polluer de façon dramatiquement définitive les rivières
avec le mercure qu’ils utilisent pour extraire l’or. II reste 9.000
Yanomani sous-alimentés et atteints par ces maladies importées
par les chercheurs d’or et contre lesquelles les indiens ne sont pas
imunisés. En outre, beaucoup d’entre eux ont été
massacrés par ces courageux chercheurs d’or.
(d’après de Morgen, 13 janvier 1990)