Human slam…

par  Michelec
Mise en ligne : 30 avril 2008

Où sont donc les avant-gardistes
Nous ayant fait rêver d’un monde,
Où les gens ne seraient plus tristes
Ils y auraient trouvé leur compte.

Hélas, ce n’est plus le chemin,
Que choisissent nos mandarins :
Ils sacralisent le turbin…
La lutte pour gagner un bout de pain.

Mais l’escalade productiviste,
De l’emploi a brouillé les pistes,
Le travailleur indispensable,
A cédé le pas à l’employable.

Par la magie de la finance,
Renait le monde des ultra-riches,
Et une foule de « pas de chance »
Bien utiles pour leur service.

Tu marches toujours au sentiment,
Sans penser que c’est aberrant,
Dans un monde farci de bilans,
De Bourses et de placements.

Etranges fruits d’une croissance,
Ayant détourné de l’aisance,
Tant de peuples restant sidérés
D’être si rapidement floués,

De grands ainés nous ont légué
Les machines pour nous libérer,
Le temps libre pour nous élever,
Moments de paix et de sécurité.

Si la révolution technique,
Semble oublier ces objectifs
C’est la faute à la monétaire,
Et de ses normes doctrinaires

Pensée unique ravagente
Elle envahit le monde entier,
Avec son bréviaire financier,
A la source de tant d’errances.

Forte de deux siècles historiques,
D’une position hégémonique,
Elle aveugle les politiques,
De ses réponses automatiques.

Et ainsi l’argent débordant,
Ne va que vers les initiés,
Ils savent qu’il a « transmuté »
D’un clic, ils peuvent l’accaparer.

Cela semble peut démocratique,
Alors trouvons la logistique,
Qui retournera cette mécanique,
Vers le service du bien public :

Commençons par nos déficits,
En rendant à la République,
Le soin de produire son argent,
Sans passer par tous ces marchands.

Une monnaie gérée socialement,
Nous apporterait l’apaisement,
Et par son rôle fécondant,
Supprimerait l’asservissement.

En liquidant tant d’injustices,
Nous retrouverions l’humanisme,
Et ainsi les bonds scientifiques,
Serviraient une croissance éthique.

envoi Je glisse vers la nonantaine,
En restant malgré tout serein,
Je le dois à l’École DUBOIN
Elle m’évite les calembredaines.

Michelec, le 3 mars 2008.