N° 1122 - juillet 2011



par  J.-P. MON
Publication : juillet 2011
Mise en ligne : 4 janvier 2012

Au fil des jours

Jean-Pierre Mon passe au crible les “prévisions” des économistes.

par  M.-L. DUBOIN
Publication : juillet 2011
Mise en ligne : 5 janvier 2012

Arrivée en force du FMI en Europe

Marie-Louise Duboin recommande la lecture de “La Dette ou la vie”, dans lequel le CADTM explique comment le FMI impose en Europe l’équivalent des plans d’ajustement structurel qui ont permis à la finance de néo-coloniser les pays du Sud .

par  J.-P. MON
Publication : juillet 2011
Mise en ligne : 8 janvier 2012

Jean-Pierre Mon s’inspire largement ci-dessous de la traduction qu’il fait d’un article de l’ancien économiste de Wall Street, Michael Hudson, publié le 5 juin 2011 dans la revue espagnole Sin permiso, selon lequel, dans l’Union européenne, les pays créanciers sont désormais en guerre contre les pays débiteurs. et c’est d’une guerre de classes qu’il s’agit :

La guerre européenne

En écho à l’étude précédente, Jean-Pierre Mon rapporte l’avis d’un ancien économiste de Wall Street.

par  É. LEYMARIE
Publication : juillet 2011
Mise en ligne : 11 janvier 2012

C’est dans un débat essentiel, qui ne fait que commencer publiquement au sein de “la gauche”, qu’Éloi Leymarie nous entraîne ici.

Au risque de trop le simplifier, on peut peut-être le résumer en une question : pour que la finance ne puisse plus imposer sa dictature au monde, suffit-il de rétablir les règles d’avant la révolution libérale du début des années 1980, ou bien faut-il sortir du système capitaliste ?

La démondialisation en débat

Éloi Leymarie prend parti dans un débat essentiel : la relocalisation de l’activité économique ne suffirait pas, il faut sortir du système capitaliste.

par  B. BLAVETTE
Publication : juillet 2011
Mise en ligne : 19 janvier 2012

Dans le texte ci-dessous, Bernard Blavette ne vise pas à terroriser, comme sait si bien le faire Hollywood avec ses films-catastrophes. Bien au contraire, il tente de porter un regard à la fois raisonnable et distancié sur l’immense péril qui se profile pour notre espèce : destruction à l’échelle planétaire de notre écosystème, effondrement de nos repères éthiques et de notre intelligence collective. Mieux comprendre ce qui nous arrive permet de combattre la peur et de réagir face à un destin qui n’est peut-être pas inéluctable.

L’ère des catastrophes

Bernard Blavette constate que l’humanité a les moyens d’éviter beaucoup des dégâts causés par les catastrophes, même naturelles… mais ne s’en sert pas. Il exhorte donc à réagir avant qu’il soit trop tard.

par  G. EVRARD
Publication : juillet 2011
Mise en ligne : 20 janvier 2012

Répondant à ce souci exprimé par B.Blavette, Guy Evrard résume l’enchaînement des idées qui le conduisent aujourd’hui à proposer d’inscrire dans un projet politique la mise en place d’une structure chargée d’étudier et de suivre en permanence les équilibres de notre biosphère, afin d’observer et de réguler l’influence des activités humaines. Cette structure aurait un devoir d’alerte et ouvrirait un nouvel espace à la démocratie pour les choix de société.

Des sciences citoyennes pour un projet politique

Guy Evrard, comme en réponse à la réflexion précédente, propose de mobiliser des sciences citoyennes pour la surveillance de notre biosphère, au cœur d’un projet politique.