N° 1103 - novembre 2009



par  J.-P. MON
Mise en ligne : 30 novembre 2009

Au fil des jours

Jean-Pierre Mon, malgré tous les beaux discours et les promesses de reprise économique, prévient que le nombre d’emplois ne va plus cesser de diminuer.

par  C. AUBIN
Mise en ligne : 30 novembre 2009

Le prestigieux Nobel encore détourné

Christian Aubin se souvient que Nobel voulait que son prix de la Paix récompense une action avérée, ce qui n’était déjà pas le cas pour Kissinger …

par  M. VIVAS
Mise en ligne : 30 novembre 2009

Alors qu’on vient d’apprendre le 26ème suicide à FranceTélécom, le témoignage qui suit, publié à l’adresse http://www.legrandsoir.info (bravo Internet !), est d’actualité. Et il est particulièrement éloquent parce que son auteur, Maxime Vivas, concepteur de formations en ergonomie et sécurité, après avoir été cadre à France Télécom, puis ergonome européen, est bien placé pour en parler.

J’ai vu semer les graines de suicide…

Maxime Vivas témoigne : il a vu « les bonimenteurs en costars croisés » vendre à FranceTélécom le culte mortifère du stress sous prétexte de stimuler les personnels…

par  B. VAUDOUR-FAGUET
Mise en ligne : 30 novembre 2009

Jeux d’argent et obscurantisme social

Bernard Vaudour-Faguet déplore qu’après deux siècles d’efforts de l’Éducation nationale pour inciter dès l’enfance à la raison et au jugement, on ne puisse même pas dénoncer l’exploitation des plus démunis par l’appât de “gagner” par les jeux.

par  G. EVRARD
Mise en ligne : 30 novembre 2009

Face à la crise écologique, les puissants de ce monde cherchent des solutions seulement dans le cadre de l’économie de marché, même lorsqu’ils admettent la responsabilité de celle-ci dans les désastres annoncés. Parce qu’ils y voient un moyen de sauver le système dont ils tirent profit et aussi la perspective de nouvelles activités marchandes. Guy Evrard analyse cette approche comme un paroxysme de la fuite en avant, qui confine à l’absurde et rend plus urgent de changer les bases de notre monde. La première partie (GR 1102) traitait du marché du CO2. La seconde partie aborde le marché de la biodiversité.

II. La nature marchandise jusqu’à l’absurde

Guy Evrard évoque l’absurdité des marchés du gaz carbonique et bientôt de la biodiversité comme moyens de combattre la crise écologique.

Mise en ligne : 30 novembre 2009

La nature a-t-elle un prix ?

Bernard Chevassus-au-Louis a relevé le défit et il nous laisse d’abord entendre que le sens même de biodiversité reste à comprendre pour la plupart d’entre nous : « Depuis le milieu du 19ème siècle, un certain nombre d’arguments ont été mobilisés pour défendre la nature. Esthétiques, philosophiques, (...)

par  P. WALHAIN
Mise en ligne : 30 novembre 2009

Pour un choix humain et écologique en matière d’immigration :
Le point de vue d’un simple citoyen

À propos de l’immigration

Pierre Walhain exprime son point de vue de simple citoyen pour un choix humain et écologique.