N° 1065 - mai 2006



Mise en ligne : 15 mai 2006

Au fil des jours

Quelques faits récents qu’il paraît utile de souligner.

par  J.-P. MON
Mise en ligne : 16 mai 2006

Le meilleur des mondes

Pas plus que celui décrit par Aldous Huxley, Jean-Pierre Mon pense que le meilleur des mondes n’est pas celui que nous prépare le Ministre de l’Intérieur...

par  F. CHATEL
Mise en ligne : 17 mai 2006

Dans la perspective des Présidentielles, François Châtel a montré, dans notre précédent numéro, que le bilan du système actuel discrèdite l’idéologie qui le soutient.

Dans cette deuxième partie de ses réflexions, il exprime son aspiration à un autre avenir et à d’autres préoccupations pour l’humanité :

Demandez le programme ! - 2.

François Châtel, dans la perspective des Présidentielles, réaffirme la nécessité de ne plus lier le revenu au travail, de créer une monnaie de consommation et de la distribuer équitablement en fonction des besoins.

Mise en ligne : 17 mai 2006

Comment une civilisation qui donne priorité à l’Avoir en vient à écraser l’être ? En voguant au hasard sur internet on peut tomber sur des témoignages tels que celui-ci :

Gentils actionnaires

Témoignage d’un agriculteur Chilien qui se voit dépouillé des richesses dont il vivait heureux.

par  M.-L. DUBOIN
Mise en ligne : 17 mai 2006

“Dette odieuse”...

Une bande dessinée pour expliquer comment la dette colonise le Tiers monde.

par  Y. GRELIER
Mise en ligne : 17 mai 2006

... et biodiversité en péril ...

Le point sur l’application des décisions prises en 1992 au “Sommet de la Terre”.

par  M.-L. DUBOIN
Mise en ligne : 17 mai 2006

... la politique peut-elle évoluer ?

Les réponses de quelques personnalités, qui ont quelque chose de sérieux à dire...

Mise en ligne : 17 mai 2006

Pierre-Gilles de Gennes exprimait ainsi en janvier dernier dans Les Échos ses doutes sur les choix de la politique de l’énergie :

... et un prix Nobel se faire entendre ?

Les réponses de Pierre-Gilles de Gennes interrogé sur le projet de fusion nucléaire Iter.

par  G.-H. BRISSÉ
Mise en ligne : 17 mai 2006

L’esclavage, aujourd’hui

Gérard-Henri Brissé, puisque le 10 mai est le jour consacré à la mémoire de l’esclavage, insiste sur le fait que le salariat en est la nouvelle forme, et que la seule façon d’espérer en venir à bout est d’assurer la sécurité de tous par un revenu social individuel garanti et de rendre impossible la spéculation financière.

par  P. SIMON
Mise en ligne : 29 mai 2006

... faire un pas vers l’égalité des chances ?

Paulette Simon suggère quelques mesures qu’un gouvernement vraiment de gauche pourrait prendre et qui aideraient les mentalités à évoluer.

par  J.-F. AMAURY
Mise en ligne : 31 mai 2006

La hausse du prix du pétrole pose (enfin !) la question des énergies renouvelables ...

En 2002 (GR 1024), Jacques Hamon avait fait le tour des perspectives qu’offrent pour demain ces diverses énergies, en s’appuyant sur les conclusions de l’Office Parlementaire de l’Évaluation des choix scientifiques et technologiques. Et Jean-François Amaury avait complété cette étude (GR 1025) par des précisions concernant en particulier l’énergie éolienne, et son propos avait amené ces deux auteurs à comparer (GR 1031) rendement (aspect technique) et rentabilité (possibilité d’en tirer un bénéfice financier dans le système économique actuel) des éoliennes.

Quatre ans après, dans notre dernier numéro (GR 1064), Jacques Hamon faisait le point sur ce type d’énergie dans un article, écrit pour la revue Ingénieurs de la Vie [*] et assorti de toute une bibliographie que nous n’avons pas reproduite.

Plusieurs lecteurs ont montré par leur courrier à propos de cet article qu’ils ne raisonnaient pas exactement comme des Ingénieurs bien intégrés. Ce qui prolonge le débat sur les énergies par celui sur la consommation.

Jean-François Amaury réagit ici non seulement en écologiste qui apporte le fruit de son expérience personnelle, mais aussi en distributiste, et qui pourquoi :

Question de choix, question de volonté...

Jean-François Amaury montre, à propos des éoliennes, tout ce qu’on pourrait imaginer et faire en agissant avec d’autres préoccupations que la rentabilité financière, donc avec plus d’autonomie.