Réforme du système monétaire international : Est-ce possible ?

Publication : avril 1985
Mise en ligne : 6 mars 2009

Le 10 janvier 1985, Guy Marchand, président de la Commission « Tiers Monde et Développement », a fait à l’UNESCO une conférence sur ce sujet ; nous en extrayons quelques passages essentiels.
« Que l’on soit un expert en questions monétaires ou non, tout militant d’organisation contre la faim dans le monde est scandalisé devant la contradiction suivante - d’une part, 2 milliards d’hommes, vivent dans la misère ; - d’autre part, il y a trop de tout, trop de lait, trop de viande...
D’une part, des biens de survie sont demandés et d’autre part, des biens de survie sont détruits. Entre ces deux situations contradictoires, il y a un SYSTÈME MONÉTAIRE INTERNATIONAL qui ne remplit plus son rôle d’échange. »
« Depuis la fin des "30 Glorieuses", l’économie française sécrète environ 200 000 chômeurs, que les dirigeants soient de droite ou de gauche, et aucune perspective de changement ne se voit à l’horizon... La science a progressé parce que les scientifiques ont souvent changé de postulats. Mais en économie, on reste dans le système d’une compétitivité sans limites qui ne peut vendre qu’à une clientèle au pouvoir d’achat injustement réparti et globalement insuffisant puisqu’inférieur aux possibilités de production. »
« Comme le dit le Professeur Vinot : existe-t-il une raison d’ordre supérieur pour priver la population des moyens d’achat des biens qu’on est capable de produire ?
Guy Marchand cite Jacques Duboin, parmi d’autres personnalités qui ont préconisé des solutions à cette situation. Il propose la création d’une Commission d’experts internationaux qui préparerait un projet de 10, 15 ou 20 ans, en partant de l’étude critique du système actuel.