À propos de la dette “souveraine” de la Grèce

Conte éthique* et compte économique*
par  J.-C. KRZYWKOWSKI
Publication : mars 2015
Mise en ligne : 17 juin 2015

JPEG - 65.9 ko

Va-t-il y arriver ? C’est la question que tout le monde se pose depuis les élections qui viennent d’avoir lieu en Grèce : Alexis Tsipras va-t-il réussir à libérer la Grèce du carcan auquel la finance la condamne en exigeant qu’elle “régle sa dette” ? Cette fameuse dette a inspiré à Jean-Claude Krzywkowski la fable suivante :

Action auprès de la Cour Internationale de Justice

Le Gouvernement de la République grecque intervenant au nom de l’État et du peuple hellène, présente au Président et aux membres de la Cour Internationale de Justice la requête suivante :

« Plaise au Tribunal de prendre en considération les droits d’auteur et de propriété industrielle qui doivent être reconnus et versés à l’État grec, agissant comme ayant droit des personnalités suivantes, tous citoyens grecs : Homère, Socrate, Platon, Aristote, Parménide, Démocrite, Eschyle, Sophocle, Euripide, Aristophane, Esope, Pindare, Théocrite, Anacréon, Archimède, Pythagore, Euclide, Thalès, Ptolémée, Héraclite, Eratosthène, Strabon, Hippocrate, Galien, Hésiode, Solon, Lycurgue... ainsi que leurs disciples et élèves, pour l’usage de leurs oeuvres et travaux par les États et organismes ci-après désignés : États d’Europe, d’Amérique et d’Asie, individuellement ou regroupés en communautés juridiques telles que FMI, Banque Mondiale, OMC, G20, Union Européenne, BCE (cette liste n’est pas limitative).

L’assiette de ces droits couvre leurs œuvres dans les domaines suivants : littéraire, linguistique, juridique, scientifique (sciences fondamentales : mathématiques, physique, astronomie, biologie, géologie, géographie ; sciences appliquées : médecine et pharmacie, agriculture, navigation ; et sciences humaines : philosophie, sociologie, histoire ; sciences politiques) ».

Le Gouvernement grec signale qu’il entend, après satisfaction accordée à sa requête, utiliser le protocole suivant pour le recueil des fonds et leur affectation ultérieure :

1• à l’égard des États d’Europe et d’Amérique du Nord, réclamer le versement de la totalité du produit de ces droits calculés depuis l’origine de l’œuvre, assortis des intérêts composés,

2• à l’égard de la Chine, de l’Inde, de l’Égypte et des pays du Proche Orient (ancienne Mésopotamie), le versement de la somme qui résultera d’une balance établie entre les droits auxquels peuvent prétendre les parties à raison de leurs échanges réciproques au cours du temps,

3• Lorsque les comptes définitifs traduisant ces dispositions auront été établis et validés, le Gouvernement grec ventilera le montant obtenu de la façon suivante :

a) remboursement de la présente dette souveraine,

b) affectation au Trésor public national d’une somme propre à assurer la bonne marche des services de l’État et des besoins et du bien-être de la population grecque.

Le produit prévisible de la présente action du Gouvernement grec devrait être considérable. En conséquence, le Gouvernement déclare qu’après réalisation des deux précédentes dispositions, il versera le solde au bénéfice des différentes populations du monde (en particulier africaines) qui se trouvent en situation de pauvreté ou de précarité.


* d’après le dictionnaire de langue grecque Bailly : - éthique, ethical, etisch... proviennent du grec éthikos = qui concerne les mœurs, la morale. - économique, economical ... proviennent du grec : oikonomikos = qui concerne la direction ou l’administration d’une maison/des biens d’une maison.