Économie distributive ou guerre nucléaire ?

par  J.-P. MON
Publication : juillet 1982
Mise en ligne : 26 janvier 2009

CETTE question, c’est un vieux refrain dans ce journal, mais elle est, hélas, toujours d’actualité !!
Une fois de plus, les Nations Unies consacrent une session spéciale au désarmement, une fois de plus les Soviétiques et les Américains vont discuter de la limitation des armements stratégiques, ... une fois de plus les observateurs « avertis » s’entendent pour nous dire qu’un accord est impossible.
André Fontaine, dans le « Monde du 10-6-82, nous explique que « la course aux armements n’est pas la cause de la tension internationale, elle en est l’effet », mais il ne cherche pas trop loin les véritables causes de cette tension internationale. La conclusion de son article Le feu mal gardé pose pourtant bien le problème auquel nous sommes confrontés, mais nous laisse sur notre faim. Jugez-en :
« Le dilemme de l’humanité, en cette fin de siècle, est d’une aveuglante évidence : ou bien elle retrouvera une ambition commune, au service de sa survie collective ; ou bien elle continuera de s’entre-déchirer et donc de se surarmer, en attendant le jour où quelque apprenti-sorcier, démontrant la fragilité des innombrables précautions imaginées par les experts, appuiera sur le fameux bouton. Qu’il en soit aussitôt puni ne fait aucun doute ; mais le risque est grand que nous, ou nos enfants, ne le soyons avec lui ».

Cette conclusion, bien évidemment, nous la partageons mais, une fois de plus, nous voudrions rappeler que tant que la loi du marché et son corollaire la recherche du profit continueront à être la religion économique de nos gouvernants, fussent-ils socialistes, la guerre restera le plus sûr moyen de remédier aux «  crises économiques ».
Que ceux qui en vivent (et bien !) défendent une telle doctrine peut, à la rigueur, se comprendre ; mais ce qui est véritablement terrifiant c’est que se répande dans la population l’idée qu’après tout, une guerre, ça arrange bien les choses.
C’est ce que disaient, sans l’ombre d’une quelconque hésitation, ces chômeurs américains interrogés par des journalistes quelques jours avant « le sommet » de Versailles. Nous avons été des millions de téléspectateurs à les entendre évoquer le bon temps des années 42 à 50 où le travail ne manquait pas...
Bien sûr, c’était des Américains qui n’ont pas connu la guerre sur leur territoire, mais sommes-nous bien certains de la réponse que nous feraient les 300 000 salariés français qui travaillent dans les industries des armes si on les mettait au chômage  ?
Mais Hiroshima, Nagasaki, vous avez peut-être oublié... ou vous ne savez pas. Alors que ceux qui, le peuvent se procurent le livre que nous recommande R. Guillain dans le « Monde » du 10-6m82, « Hiroshima-Nagasaki, images des bombardements atomiques  » (1).
« -C’est la première fois que parvient en Occident un recueil d’aussi nombreux documents visuels sur le sujet. Ces images - il y en a près de cinq cents sont bouleversantes : c’est dire que cet ouvrage peut être d’une grande efficacité pour la cause qu’il sert, le mouvement contre les armes nucléaires. En vérité, nous avons vu en Europe peu d’images sur les deux bombardements historiques. Nous avons certes lu à leur sujet de nombreux récits, les livres et les articles de journaux ont été innombrables, mais les images manquaient, peut-être parce que pendant longtemps elles ont été écartées par diverses formes de censure. Ces images, les voici, et elles sont d’une terrible force. Tout le monde connaissait l’image du fantastique champignon atomique montant vers le ciel, mais le spectacle de l’enfer qui s’ouvrait à ce moment-là « par en dessous », dans les ténèbres soudaines du nuage épouvantable, ce spectacle-là a été à peu près ignoré.
« Ceci est un livre actuel », dit la courte préface. Cette remarque va loin. Si l’image était seulement le souvenir d’une ancienne tragédie, vieille déjà de trente-sept ans, il pourrait aller dormir dans les bibliothèques. Mais non, c’est un livre pour aujourd’hui, un appel urgent, un cri pour demain et après- demain. Ce livre crie que l’holocauste atomique est une menace suspendue au-dessus de nos têtes, en ce moment même, et que la tragédie risque de recommencer encore plus affreuse, pour nos enfants peut-être, ou même pour nous avant peu. Pour que les Européens et les Occidentaux, et plus seulement les Japonais, comprennent, pour qu’ils se révoltent enfin contre les armes nucléaires, faudra-t-il attendre qu’à leur tour ils les aient reçues sur leur tête ? ».
Ce livre, lisez-le, faites-le lire, aidez ainsi à éviter la guerre nucléaire, toutes les guerres.

(1) Hiroshima - Nagasaki, images des bombardements atomiques. Publié par un comité de citoyens japonais, 1981. 352 pages 20 x 28 cm. On peut commander le livre et adresser des dons pour sa diffusion. qui est non commerciale, à l’adresse suivante : Comité de vigilance Hiroshima- Nagasaki. Maison des Associations. 28. rue V.-Hugo, 92240 MALAKOFF (contribution minimum 160 F pour un livre ; délai de livraison 3 à 5 mois à partir de juin 1982. Le livre vient du Japon par bateau !).