La rafle du Vel d’Hiv n’est pas si lointaine...

par  Emmanuelle
Mise en ligne : 31 janvier 2009

Le 14 décembre au soir, Daniela, médiatrice pénale, consultante-manager à l’Unesco, et formatrice à la Médiation et résolution des conflits, nous transmettait l’information suivante, envoyée par Emmanuelle, du réseau Éducation sans frontière :

Hier s’est produit un fait très grave à l’école du Jardin de Ville, à Grenoble. À 15h45, un père de 4 enfants (un moins de 3 ans, deux scolarisés en maternelle et un en CE1 à l’école du Jardin de Ville) est venu, accompagné de deux policiers en civil, chercher ses enfants, pour « un rendez-vous en préfecture », ont compris les enseignants

A 19 h, on apprenait que la famille au complet était au centre de rétention de Lyon. Ils y ont dormi.

Ils étaient injoignables hier soir.

On a réussi à les joindre tôt ce matin aux cabines téléphoniques du centre de rétention (qui, rappelons-le, est une prison). Ils étaient paniqués.

On a prévenu ce centre que la Cimade, seule association ayant le droit d’entrer dans les centres de rétention, irait voir la famille ce matin.

Arrivés au centre, les militants de la Cimade les ont cherchés, sans succès : la famille était en route pour l’aéroport, leur avion décollant une demi-heure plus tard.

Nous n’avons rien pu faire, nous attendions que les militants de la Cimade comprennent la situation de la famille, afin de pouvoir les aider en connaissance de cause.

Ils ont été expulsés ce matin.

Leurs chaises d’école resteront vides.

C’est une première en Isère : la traque des étranger-e-s pénètre dans les écoles.

Les seuls enfants en situation irrégulière sont ceux qui ne sont pas à l’école.

Nous vous demandons de bien vouloir faire circuler cette information le plus largement possible.

Personne ne doit pouvoir dire « on ne savait pas ! »

Merci.