Ces hommes sont avant tout nos frères

Publication : octobre 1996
Mise en ligne : 10 août 2008

  Sommaire  

Quand les hommes de tous pays prendront-ils conscience de l’inhumanité du mot « rentable ? De sa sottise fondamentale, de sa cruauté, de son inanité sur le plan humain et pourtant de son incontournable puissance tant que le système reste exclusivement fondé sur l’économie ?

 

La révolution qui est à l’œuvre dans le Chiapas ne ressemble à aucune autre. Elle n’est ni communiste ni marxiste. Elle ne vise pas à remplacer un type d’économie libérale par un type d’économie étatique. C’est une révolution pour construire un monde dont la valeur centrale sera l’homme, avec sa culture, ses origines, ses différences ; et le but de cette société ne sera ni l’accumulation de la richesse, ni l’accumulation du pouvoir. Elle permettra à chacun de réaliser au mieux ses aspirations d’homme, dans la fraternité, la justice, le respect sans discrimination, ni entre les sexes, ni entre les races.

D.Mitterrand.
 

Comment les distributistes pourraint-ils rester indifférents à la lutte du Chiapas ?